My little travel

# Ma région : le plateau de Valensole

By 6 juillet 2016 Alpes de Haute Provence, Ma région

Début juillet, nous avons pris la direction de la Haute-Provence, et plus précisément celle du plateau de Valensole, situé entre les vallées du Verdon, de la Bléone et de la Durance, pour aller admirer les plus beaux champs de lavande de la région. En effet, c’est à cette période de l’année que les champs de lavande sont à leur apogée et prennent des allures de vastes mers violettes.

Quand admirer les champs de lavande ?

De mi-juin à début août, en fonction des régions où elle pousse et des conditions climatiques de l’année. Pour être sûr de la floraison, vous pouvez téléphoner aux offices de tourismes locaux. Attention, avant de vous y rendre penser également à vous renseigner sur les dates des fêtes de la lavande des villages alentours, car les lavandins sont coupés quelques jours avant les festivités.

Où les voir ? 

Le long des routes qui sillonnent les régions du Vercors au Verdon, en passant par les Baronnies et le Lubéron. Si vous manquez d’inspiration, je vous conseille de vous rendre sur le site de l’association « La grande traversée des Alpes » où de superbes itinéraires sont proposés.

Combien de jours resté ?

Une bonne journée suffit pour faire le tour du plateau de Valensole et des champs environnant. Cependant, si vous souhaitez profiter un peu plus de l’atmosphère paisible de la Provence et ainsi avoir le temps de visiter les jolis villages, les exploitations et distilleries artisanales, ou encore de participer à la fête de la lavande, je vous conseille d’y rester au moins 2 jours.

 

img_3040

img_3053

img_3028

img_3061

img_3077

img_3097

img_3108

img_3147

img_3152

img_3157

img_3185

img_3162

img_3174

img_3160

img_3191

img_3204

img_3229

img_3249

img_3253

img_3261

img_3266

img_3271

 

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Anonyme 9 octobre 2016 at 18 h 49 min

    Nous sommes déjà passés par ce coin pour venir de Lorraine jusqu’à Nice et nous n’avons pas regretté ce détour. Gérard Joannes.

Laisser un commentaire