My little travel

# Un week-end : la Vallée de l’Ubaye

By 3 août 2017 Alpes de Haute Provence, Ma région

En juillet 2017, nous avons passé 4 jours dans la Vallée de l’Ubaye pour découvrir les alentours de Barcelonnette. Une région où, durant mon enfance, je suis allée plusieurs fois en colonie de vacances, et où j’ai travaillé en tant qu’itinérante.

 

Jour 1 : le Col de la Bonette

Pour débuter ce séjour, nous sommes passés par le col de la Bonette qui se situe à 2 715 mètres d’altitude, seulement ouvert de juin à septembre, afin de rejoindre notre camping se trouvant à côté du village de Jausiers. D’ailleurs, sur la route (la plus haute d’Europe), vous croiserez plusieurs ruines (d’un assez bon état) de différents ensembles militaires témoignant des tensions passées entre la France et l’Italie. Penser à vous arrêtez à la cime de la Bonette pour emprunter un petit chemin qui amène à un superbe point de vue sur la Tinée, l’Italie, le Mont Viso et l’Oratoire Notre-Dame du Très Haut.

Nous nous sommes ensuite baladés dans les villages de Barcelonnette et Jausiers se trouvant au coeur de la Vallée de l’Ubaye, reconnus pour son architecture et ses célèbres villas mexicaines comme le château des Magnans (qui rappelle le château de Neuschwanstein en Allemagne dont s’est inspiré Walt Disney pour « La belle au bois dormant »).

Jausiers est la ville natale des frères Arnaud qui furent à l’origine d’un mouvement d’émigration des habitants de la vallée de l’Ubaye vers la Louisiane et le Mexique en 1821. Certains réussiront de manière spectaculaire dans le secteur du textile, de la banque et reviendront au pays construire une cinquantaine de grandes villas (entre 1880 et 1930) à Barcelonnette et Jausiers, les témoins de cette épopée.

 

Jour 2 : Briançon et les environs du lac de Serre-Ponçon

Pour ce deuxième jour, nous avons roulé en direction de Briançon. Située à 1 326 mètres d’altitude, à la confluence de cinq vallées, Briançon est la ville la plus haute de France. Fortifiée par Vauban au XVIIIe siècle, la ville est aujourd’hui classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle dispose en effet d’un ensemble d’ouvrages militaires, construits entre le XVIIIe et le XXe siècle en vue d’améliorer le système de défense de la cité.

Sur le trajet du retour, nous nous sommes baladés autour du lac de Serre-Ponçon (le plus grand l’Europe), afin de voir les différents points de vue donnant sur le lac. Dans les alentours, ne rater pas les Demoiselles Coiffées, plus communément appelées « cheminée de fées« . Ce sont des formations originales dues au travail de l’érosion. Elles se présentent sous forme d’une colonne de conglomérat divers supportant un rocher plus ou moins volumineux. Elles se trouvent à Sauze-du-Lac et Théus).

 

Jour 3 : le Col d’Allos

Pour ce troisième jour, nous sommes montés jusqu’au Col d’Allos se trouvant à 2 247 mètres d’altitude. La route est, certes, très étroite, depuis Jausiers, mais les paysages sont tellement beaux que cela vaut la peine de passer par ce versant de la montagne.

En fin d’après-midi, nous nous sommes rendu au lac d’Allos, le plus grand lac naturel d’altitude d’Europe. Enfant des glaciers de l’ère quaternaire, issu de la fonte des neiges et de sources, le lac d’Allos d’une superficie de 54 hectare, atteint la profondeur de 48 mètres. Milieu d’une extrême fragilité, il abrite la truite fario et l’omble chevalier. C’est pourquoi, il est interdit de s’y baigner. La route au lac d’Allos est ouverte de juin à octobre. Ce fut pour nous un véritable coup de coeur, et depuis, nous y retournons tous les ans !

Depuis le parking du Laus (payant de 8h30 à 17h00) : 45 min de marche

Depuis le parking de la Cluite (gratuit) : 2h15 de marche

 

Jour 4 : le Col de la Cayolle

Pour le retour, nous sommes passés par le Col de la Cayolle situé à 2 326 mètres d’altitude, point de départ de plusieurs randonnées.

Puis en redescendant, dernier arrêt sur le plateau d’Estenc. C’est dans un vaste pré, au nord du hameau, que se situe la source du Var. On peut rejoindre la source principale qui alimente un petit lac, par un sentier balisé et aménagé grâce à une passerelle en bois. Le fleuve poursuit sa course vers la mer par une magnifique cascade, au Sud d’Estenc, puis dans les gorges rouges de Daluis.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply Gérard Joannès 15 septembre 2018 at 18 h 58 min

    Les magnifiques photos rendent hommage aux paysages tout aussi magnifiques que vous avez traversés. J’en connais quelques-uns et j’ai passé avec des membres de ma famille deux ou trois jours chez une amie qui tenait un restaurant dans la rue où se situe la fameuse gargouille. Nous avions l’intention d’aller dans la Vallée de l’Ubaye cette année mais notre séjour en Vendée nous a obligés à reporter cette visite à plus tard. Merci de m’avoir rappelé de bons souvenirs.
    Amicalement.

Laisser un commentaire